INTERVIEW DE ENO JONAH, TALENTUEUSE DESIGNER DE TEXTILES AFRICAINS DE LUXE

Mis à jour : 24 déc. 2020

Pour rappel, cette interview est destinée à la rubrique « ART & CULTURE » du site web de La Maison de l’Afrique. En effet, cette dernière a été créée pour faire découvrir et mettre en avant les talents et acteurs du monde artistique et culturel africain.

Eno Jonah est une entrepreneure d’origine nigériane, fondatrice de NZURI* Textiles, une marque de textiles fabriqués à la main et qui privilégie le luxe durable.

Son amour pour le textile mais aussi pour les arts et la culture, date de sa plus tendre enfance. Elle a en effet grandi au Nigéria, pays riche en cultures diverses et en artisans qualifiés, au sein d’une communauté d’artisans. Elle y a ainsi développé un intérêt particulier pour l'art ethnique africain et est collectionneuse d'arts africains (textiles, bronzes, céramiques, sculptures sur bois) et de textiles guatémaltèques.

Eno a beaucoup voyagé à travers le monde, ce qui lui a permis d'étudier les textiles fins et les cultures du monde. Elle est aujourd’hui basée en Californie.

La passion de Eno pour les textiles faits à la main et les arts africains est devenue le centre d'intérêt de NZURI Textiles et accessoires pour femmes. Elle travaille avec des maîtres tisserands qui utilisent des métiers et techniques traditionnels et avec des tisserands au Nigeria, pour créer des collections qui présentent des thèmes et des motifs locaux, y compris des motifs géométriques historiques.

* NZURI est un mot swahili qui signifie beau, beauté, bien fait ou bon, comme une belle création. Ayant vécu en Afrique de l'Est pendant de nombreuses années, ce mot est apparu comme une évidence à Eno lorsqu’elle a souhaité créer sa marque.



1. Tout d'abord, merci d'avoir accepté de répondre à nos questions Eno. Pour commencer, pourriez-vous vous présenter et nous dire qui vous êtes et ce que vous faites ?


Je suis la fondatrice et designer de NZURI Textiles. J'ai grandi dans le sud du Nigeria dans une région riche en artisans et en tisserands. Les vêtements colorés et de belle qualité faisaient partie de mon quotidien. Je suis ainsi tombée amoureuse dès mon plus jeune âge des textiles tissés et fabriqués à la main.

J’ai déménagé plus tard en Ouganda où j'ai vécu pendant de nombreuses années et ai eu la chance de beaucoup voyager, d’aller voir des artisans, centres de tissage et ateliers textiles de renommée en Afrique de l'Est et de l'Ouest, en Asie du Sud, du Sud-Est et de l'Est, et en Amérique centrale et du Sud. J'ai entretenu des relations avec les maîtres tisserands, les propriétaires de petits ateliers (principalement des femmes) et les teinturiers à l'indigo que j'ai rencontré, ce qui m’a été fort utile lorsque j'ai lancé plus tard NZURI Textiles.



2. Quelle est l'histoire de NZURI Textiles ou en d'autres termes, qu'est-ce qui vous a poussé à démarrer votre propre entreprise ?


J'ai déménagé en Californie où j'ai obtenu mon diplôme en Culture et Développement. Mon plan initial était de poursuivre mes études et de faire des recherches sur la consommation d'énergie domestique en Ouganda. Je m'intéressais en particulier aux effets du charbon de bois comme principal combustible de cuisson sur la santé des femmes et des enfants, ainsi qu'aux effets environnementaux (déforestation, dégradation des sols) que j’ai constaté en vivant en Afrique de l’Est. Pour ce faire, il fallait cependant trouver des financements.

J'ai donc décidé en attendant de donner vie à ma passion pour les textiles tissés et fabriqués à la main. J’avais constaté à l’époque un intérêt grandissant aux États-Unis et en Europe pour les textiles et dessins africains, même si cela restait superficiel compte-tenu de l’extraordinaire héritage textile dont dispose le continent africain. Il devenait alors important pour moi de présenter des collections et de faire connaître tous ces beaux textiles aux États-Unis, mais également au monde.

De là est né NZURI Textiles, dans le but de créer des textiles artisanaux extraordinaires et authentiques, basés sur des designs et des esthétiques nigérians et africains. À partir de ce moment-là, mes études universitaires ont été mis en suspens.



3. Etant basée aux États-Unis, comment sélectionnez-vous les artisans et tisserands ruraux africains et quelles difficultés avez-vous rencontré en travaillant avec eux ?


J'avais noué de fortes relations avec des artisans et artistes multimédias nigérians et d’Afrique de l’ouest, avant même de déménager en Ouganda. Mes voyages ultérieurs m'ont permis d'étendre et de renforcer mon réseau. Mes amis et contacts m’ont également recommandé d'autres tisserands. J'ai en outre gardé contact avec un atelier en Mongolie, dont j’avais été assez impressionnée par l’approche et le travail, sans oublier les relations étroites que j’entretiens avec des tisserands en Amérique latine, pour mes futures activités.



4. Comment votre entreprise contribue-t-elle à valoriser et à promouvoir le travail des artisans et tisserands africains ?


NZURI Textiles est synonyme de luxe durable, de production en petits lots, de couleurs et de matériaux naturels et de pratiques commerciales éthiques. Je parlerai plus loin du concept de « luxe durable ».

Nous croyons fermement que la main humaine définit l'authenticité. Avec un travail fait à la main, il y a une connexion qui se fait entre le fabricant et l'utilisateur, même si ces derniers ne se rencontreront certainement jamais. Le fabricant espère que son travail sera aimé et apprécié, tandis que l'utilisateur voit la compétence, le temps, le savoir-faire et même l'amour qui ont été mis dans la création du textile. On ne développe pas ce type de relation avec les textiles produits en masse.

Les textiles fabriqués à la main ont en outre ce truc que nous appelons « Parfaite imperfection », car il existe une variabilité dans les textiles tissés à la main et les imperfections mineures font partie de l'esthétique de ces produits. De telles imperfections séparent la main des machines et mettent en évidence l'authenticité et la qualité de la fabrication.

Le tissage est en outre un métier hautement qualifié, qui demande beaucoup de temps, de technique et de travail. Très peu de gens veulent encore en faire et très peu peuvent se le permettre. En développant des collections de textiles fabriqués à la main, nous contribuons à soutenir et à préserver les techniques de tissage traditionnelles du Nigéria et d'autres régions d'Afrique, afin que ces compétences soient transmises à la génération suivante. Nous soutenons également les producteurs de fibres biologiques, afin que les textiles artisanaux de haute qualité ne disparaissent pas.



Tissage SAMBURU



5. Quelles histoires essayez-vous de raconter à travers vos créations et où puisez-vous votre inspiration ?


Mon inspiration vient de nombreuses sources dont ma propre collection de textiles anciens et d'objets d’art africain, d’ouvrages sur les textiles nigérians et africains d'époque, et, de la beauté du monde naturel. Certains des dessins sur mes textiles sont des représentations tissées du folklore africain.

A titre d’exemple, le design de mon textile tissé à la main MINNA est issu en partie d'un textile africain d'exception du début du 20ème siècle. Dans ce cas, le dessin a été brodé. J'ai fait un croquis de ce que j'aimais en modifiant les icônes, puis ai demandé aux tisserands de l'interpréter en tissu.

Mes premières créations textiles imprimées peintes à la main, YANKARI et YOLA, ont été inspirées des textiles anciens Adire*. L'interprétation et la complexité des conceptions que j'ai utilisées restent fidèles à l'esthétique nigériane.

Un autre exemple est mon dessin textile imprimé MACHAKOS peint à la main, qui a été inspiré par un masque congolais extraordinaire. OSHUN, ma collection la plus récente est une autre réinterprétation d'un textile ancien nigérian Adire*, dont le dessin représente le folklore national.


* Adire : technique de production textile ancestrale originaire du Nigéria, qui consiste à dessiner sur un tissu des motifs abstraits ou figuratifs. La "toile", fabriquée à base de matières organiques, est ensuite teinte en bleu indigo. La couleur est obtenue grâce à un mélange de feuille et de cendres de cabosse de cacao. Le résultat : un camaïeu de bleu indigo, vendu puis confectionné pour en faire de vêtements.


Tissages MINNA et OSHUN Tissage OSHUN Tissage YANKARI


Imprimé MACHAKOS - Crédit photo : Thomas Kuoh Photography



6. Pouvez-vous décrire les différentes étapes pour créer une nouvelle collection, de l'idée originale jusqu’au produit final ?


Je pense toujours au design quand je regarde les textiles, les arts et la nature. J'ai une petite bibliothèque d'idées qui me sert de base de réflexion, jusqu'à ce que l'une d'elles m'inspire pour travailler. La première étape consiste à esquisser les conceptions possibles, y compris les icônes, la disposition, la taille, l'espacement et les couleurs.

Pour le tissé à la main, je communique avec les maîtres tisserands pour savoir comment ils pourraient interpréter un dessin particulier que j'ai esquissé et comment ce dessin pourrait être tissé. Les tisserands étudient cette conception et réalisent un prototype. Les étapes initiales nécessitent beaucoup de va-et-vient, jusqu'à ce que nous arrivions au résultat que je recherche.

Mes textiles imprimés peints à la main me permettent une grande liberté et de jouer avec une large gamme de motifs. Je passe par un certain nombre d’étapes avec de nombreuses versions, du brouillon au produit final, avec une complexité croissante à chaque étape.



7. Vous mentionnez souvent que votre marque met l'accent sur le « luxe durable ». Pouvez-vous expliquer en quoi le luxe peut être durable ?


NZURI Textiles est en effet exclusivement orienté « luxe durable » et a des pratiques commerciales éthiques. Nos textiles sont exclusivement produits en petits lots. Cela nous permet de produire des textiles de meilleure et de la plus haute qualité, avec des matériaux disponibles localement, notamment des fibres et des colorants organiques, des couleurs naturelles et des pratiques de production durables.

Par exemple, nos partenaires en Mongolie s'approvisionnent en cachemire auprès d’éleveurs à qui ils versent des primes pour maintenir les troupeaux de chèvres cachemire en petit nombre, et ce dans le but de ne pas dégrader l'environnement.

Nous croyons également à la valeur ajoutée à la source. Pour nos textiles tissés à la main, tout le travail de tissage, de couture et de finition est réalisé en Afrique de l'Ouest. S’agissant de notre tricot ou tissage de cachemire de catégorie A, il est entièrement réalisé en Mongolie. Quant à nos textiles imprimés peints à la main, ils sont conceptualisés dans mon atelier en Californie et fabriqués aux États-Unis.

Les textiles NZURI représentent de fait le luxe durable. Je crée des textiles artisanaux à la main qui résisteront à l'épreuve du temps. Ils sont faits pour vieillir magnifiquement et supporter une utilisation sur la durée. Les designs sont en outre intemporels et faits pour devenir des textiles patrimoniaux, ce qui leur permet de ne jamais finir dans des décharges.



8. Comment protégez-vous vos idées et conceptions originales contre la copie ?


Il s’agit là d’un véritable défi ! Mes créations sont protégées par des droits d'auteur. Néanmoins, une fois qu'elles sont sur la place publique, il est possible pour quiconque d’en copier le style et/ou d’utiliser les mêmes idées.



9. Quels pays et/ou marchés sont vos plus gros clients aujourd'hui et lesquels ciblez-vous ?


Mes plus gros clients sont actuellement aux États-Unis et en Europe de l'Ouest. Je voudrais commencer à proposer mes textiles en Amérique latine, en Afrique subsaharienne et ailleurs…



10. Que pouvons-nous souhaiter pour l'avenir de NZURI Textiles ?


Que NZURI Textiles poursuive son développement de manière organique et que nous ajoutions de nouveaux modèles à nos collections, en restant fidèles à nos idéaux.


Coussins tissés AMBOSELI* Plaids en cachemire BIARRITZ**

Couvertures tricotées en cachemire PALERMO* & TOULOUSE* Etole en cachemire SIENNA**


* Crédit photo : Thomas Kuoh Photography

** Crédit photo : DDL


Merci Mme JONAH d’avoir accepté de répondre à cette interview pour La Maison de l’Afrique.


Retrouvez NZURI Textiles sur son site internet, Instagram et Facebook.



Interview réalisée par Carole Sagbo - Le 22/12/2020


PLATEFORME D’ECHANGES ET DE PROMOTION DES ARTS, CULTURES ET ECONOMIES DES PAYS AFRICAINS

La Maison de l'Afrique © Produit by Cimer Agency! |  Contact | Partenaires  |  Mentions Légales |  Protection des données

  • Blanc LinkedIn Icône
  • White Facebook Icon
  • Blanc Icône Instagram
  • White Twitter Icon
  • Blanc Icône YouTube