Les produits recyclés

Mis à jour : 28 nov. 2018



« Chaque mois, La maison de l’Afrique met en lumière et optimise le potentiel de la création africaine - en matière de mode et de lifestyle- sur les marchés extérieurs. Comment articuler les savoir-faire africains avec les tendances mode et décoration des marchés le plus porteurs? Comment les sublimer et re-créer des produits à même de séduire le plus grand nombre, via de nouveaux canaux de distribution, plus sélectifs, plus haut de gamme? »

L’ode au recyclage n’est pas seulement un discours politique ou le slogan des écologistes de tous pays. Recycler – ses vêtements, les plastiques, les papiers, les contenants en verre ou même nos outils informatiques- est une lame de fond sociétale et une pratique dans « l’air du temps ». Dans l’univers de la mode et du design, on appelle ça « l’up-cycling » - ou comment fabriquer de nouvelles pièces avec des pièces anciennes.


Savez-vous que jusqu’à 60% des déchets qui finissent dans nos poubelles pourraient être recyclés ? Bouteilles vides, roues de vélo, carcasses d’ordinateur, boîtes de conserve… Partout dans le monde, en Asie, en Europe, mais aussi en Afrique, de nombreux designers ont choisi cette voie de la « transformation ». Un chemin qui, s’il nécessite encore un peu d’éducation est en passe de devenir LA tendance phare des années à venir. A tel point qu’il existe déjà aujourd’hui des concours de design « durable » ou des festivals de mode consacrés à ce phénomène en vogue. Marine Serres, la gagnante 2017 du plus prestigieux concours de jeunes créateurs de mode au monde, celui du groupe de luxe LVMH est même une spécialiste : sa seconde collection présentait 45% de pièces « up-cyclées » : de magnifiques robes réalisées en foulards recyclés. Que le luxe fasse avec du « vieux » signe un véritable changement d’époque.


Le réchauffement climatique, la pollution, l’envahissement des déchets de toutes sortes, le gaspillage alimentaire: la population mondiale est de plus en plus concernée par ce qui impacte négativement notre Planète, mais aussi notre santé, notre porte-monnaie et l’avenir de nos enfants. Acheter un cahier avec du papier recyclé, une lampe faite en matériaux récupérés sur un chantier, un sac en patchwork de vêtements usagés : les consommateurs sont de plus en plus sensibles à ces démarches écologiques et économiques. Et il y a là un véritable marché.


3 RAISONS POUR QUE LES PAYS AFRICAINS SURFENT SUR LA TENDANCE


1/ C’est rentable.

Changez de paradigme : un déchet ne sera plus un déchet si vous le transformez. Ce sera une oeuvre, la votre, et une ressource. Un acte créatif, engagé et un moyen de gagner votre vie. Regardez ce qui est arrivé au créateur autodidacte Ousmane Mbaye. Cet enfant de Soumbédioune, quartier populaire de Dakar, est devenu en 10 ans l’une des stars du design contemporain africain. Son idée de génie ? Avoir transformé des fûts de peinture, des conduites d’eau en métal et autres matériaux de récupération en lampes, fauteuils, buffets ultra-design. Aujourd’hui, il vends localement mais exporte aussi en France, aux Etats-Unis et au Japon, où il est célébré comme un artiste pionnier. Ousmane travaille toujours dans le quartier de son enfance, mais réponds aux interviews des plus beaux magazines de déco et voyage dans le monde entier pour des expositions sur son travail.

http://ousmanembayedesign.com


Ci-dessus : l’univers d’up-cycling design d’Ousmane Mbaye


2/ On vous attends.


C’est vous les acteurs du changement. De très nombreuses sociétés de recyclage existent aujourd’hui en Afrique sub-saharienne, tous domaines confondus. Beaucoup travaillent pour de grosses compagnies dans des secteurs peu « glamour » comme les BTP (toits, sols, pavés, etc…) mais tous les projets sont les bienvenus. Et de nombreuses ONG ont aussi créé des ateliers de transformation, comme par exemple l’association Gafreh, qui, à Ouagadougou (Burkina-Faso), fabrique de jolis sacs en plastique recyclés vendus localement mais aussi exportés en Europe et aux Etats-Unis.


3/ On vous encense déjà.

Vous ne le saviez pas ? Les objets fabriqués par les jeunes générations (voitures en fils de fer par exemple), les petites valises en boîtes de conserves lissées et recyclées, doublées de papier journal, les sacs en capsules de canettes de soda : les africains de l’ouest sont connus (et salués !) pour cet art de la transformation. Vous partez donc avec une longueur d’avance : une expertise reconnue.


5 CONSEILS POUR SURFER SUR LA TENDANCE


1/ Soyez exigeants avec vous-même.

Parce que qui dit recyclé dit, avant que celui-ci soit transformé, produit « vieux », déjà utilisé – voire même usé. On ne peut pas, si on veut créer du « recyclé » séduisant faire de l’à peu-près. Vous avez décidé d’utiliser des pneus? Vos finitions doivent être parfaites. Mieux : donnez, par des procédés de votre invention, une allure, un toucher « comme neuf » à vos créations. Observez ce qu’ont fait les designers Bibi Seck et Ayse Birsel, avec leur label Taboo, créé au Sénégal avec le partenariat de la société Transtech. Leur création ? Un fauteuil-tabouret composé à 75% de bouteilles en plastique recyclé. On dirait des bonbons. Des gommes. Tout est lisse et joli. Et surtout jamais vu auparavant ! Qui peut imaginer en les voyant que les matériaux sortent de poubelles ?




Et cette bouteille ci-dessous ? Le designer, grâce à un joli support en bois et une guirlande lumineuse glissée à l’intérieur, lui a donné une « seconde vie ». Le support est classique, mais libre à vous d’inventer toutes sortes de formes et de supports. Et de faire sourire, avec des bouteilles de bière ou de sodas célèbres. L’humour est toujours un atout. Mais gardez à l’idée que plus le produit pré-recyclage est « cheap » ou bas de gamme, plus le design doit être élégant.



2/ Innovez.

En matière de recyclage – en mode et design-, beaucoup de choses ont déjà été tentées – et donc ont aussi été beaucoup vues. Pour se démarquer et être compétitif, il faut innover. L’exemple de Taboo (ci-dessus) est un bon exemple d’innovation. Les pneus usagés sont un support intéressant : on en fait déjà des corbeilles à linge, des sacs ou des fauteuils, mais plein de pistes n’ont pas encore été explorées. Un blouson en pneu, « frappé » comme un bazin pour l’assouplir, y avez-vous songé? Des sets de tables en pneu, auxquels vous apporteriez des détails brodés sur les pourtours ?



Pensez aussi à des créations « signature ». Regardez la lampe ci-dessous : elle est réalisée en sac en toile de jute. Ca vous fait penser à quelque chose ? Nos sacs d’arachide, nos sacs de cacao : une fois utilisés, certains s’abîment. Pourquoi ne pas les recycler en objet de décoration lumineux… manière de célébrer ces denrées qui apportent lumière et éclat à nos pays? (attention : c’est une belle idée qui nécessite une bonne réflexion en matière de sécurité). Les matières brutes et naturelles ont le vent en poupe – on en trouve toutes les saisons sur tous les salons de décoration.



En matière de mode – comment innover? On croit, souvent à tort, que la mode recyclée n’est pas « fashion » ni tendance. Regardez ces sacs, de la marque sénégalaise Miswude. Leurs créateurs utilisent des chutes de cuir, de grandes maisons du luxe, qu’ils recyclent dans leurs créations, métissés à des chutes de tissus locaux. Le résultat est hyper-mode.



Et cette jolie robe avec les cravates de monsieur? La créatrice leur a ici donné une seconde vie.



Plus audacieux, le projet formidable d’Agathe Derycke, une française qui transforme la peau du poisson pêché à Saint-Louis du Sénégal en bijoux contemporains. Grâce au tannage de la peau et à tout un process qui ôte les odeurs, elle réalise des bagues et des colliers magnifiques. Une ligne rentable et écologique, qui profite aux pêcheurs et à leur environnement. Sa valeur ajoutée : c’est (presque) du jamais vu ! Etre une pionnière, c’est forcément susciter l’attention et donc l’intérêt.

http://agathederycke.fr/portfolio/retour-de-peche/


3/ Créez des pièces uniques.

C’est ce qui peut vous permettre d’être singulier, différentiel, attrayant. Récupérer une vieille moto et en faire un comptoir, un vieux frigo et en faire une armoire, un vieux vélo et en faire le support d’une table, un vieil ordinateur et en faire une niche pour chien ou chat, de vieux rails de chemin de fer: voilà de quoi créer l’attention, la curiosité, l’admiration. Beaucoup de gens rêvent de s’acheter quelque chose que eux-seuls auront chez eux (comme ces fauteuils en caddies de supermarché sur la photo du salon, ci-dessous). En matière de mode aussi, créer des pièces uniques a une vraie valeur ajoutée – et c’est parfois le seul moyen d’arriver à créer : quand on n’a que des chutes de tissu par exemple, elles se ressemblent rarement. Quand on recommence l’opération avec d’autres pièces pour un nouveau vêtement, celui-ci sera forcément aussi différent. C’est aussi cela qui vous permettra de vendre plus cher (ce qui est rare à un prix).



5/ Misez sur l’industriel.

Parce que c’est un style reconnu et ultra-tendance, que l’on voit dans tous les magazines de décoration. Récupérez des pièces quasi-uniques, comme une vieille horloge de gare, un projecteur de cinéma, du mobilier de bus que vous transformerez en canapé pour la maison, avec de jolis coussins (en tissus recyclés). En France, la grande tendance, c’est par exemple d’avoir d’anciennes banquettes (en bois et métal) de métro dans son appartement. Mais de vieux fauteuils de voiture (en cuir) pourraient aussi devenir un merveilleux… salon!



6/ Travaillez votre discours.

En Afrique, acheter du « vieux » n’est pas très tendance. Plus c’est neuf, plus ça brille, mieux c’est. Vous devez donc développer des valeurs ajoutées à votre produit, afin de le rendre attractif. Quand les gens ont un peu de pouvoir d’achat, ils n’achètent plus seulement un produit – une étagère par exemple- mais aussi et surtout une histoire. Ils aiment pouvoir la raconter ensuite à leurs amis. L’objet est aussi un « lien social ». Si en plus votre client peut dire qu’il est l’un des rares à avoir cet objet étonnant, ça majore sa valeur – et ce doit être l’un de vos arguments de vente.

Prenons l’exemple du mobilier Atlantique, crée à partir des pirogues sénégalaises de couleur, mais que l’on trouve également sur tout le littoral ouest-africain. Un designer récupère celles qui ne sont plus en état de voguer sur les flots et les transforme en tables, en baby-foot, en chaises, qui sont exposées dans les plus belles boutiques de Paris. La valeur ajoutée ? Du mobilier quasi unique, qui rends ses propriétaires… uniques !




POUR ALLER PLUS LOIN


1/ Quelques sites inspirants en Afrique

NIGER : Bioplast, une société nigérienne qui collecte, recycle, transforme et crée produits et revenus. https://nigerbioplast.com


BURKINA-FASO : Le formidable travail d’une association qui créé des sacs et autres produits mode et décoration en plastique up-cyclé. https://www.gafreh.org

Ici, un schema «do it yourself » pour apprendre à faire du fil à tricoter à partir d’un sac plastique : http://storieblog.com/blog/tresor-sacs-plastique-recycles-facteur-celeste-au-burkina-faso/


COTE D’IVOIRE : Babylab, un atelier sur le modèle des Fablab anglo-saxons, où Edwige Gbogou enseigne, via des ateliers pratiques de recyclage, à transformer le matériel informatique usagé. https://www.facebook.com/BabyLabCI/?fref=ts


SENEGAL : Ils fabriquent des objets, dont des fauteuils en pneus très stylés. https://www.terresetculturessolidaires.fr/nos-actions/boutique-solidaire/

Un projet formidable : https://recuplast.org - ou comment gagner de l’argent en recyclant ses déchets.


TOGO : Le premier centre de loisirs éco-responsable du Togo, Viva - https://www.mi-woe.com/espace-viva/ Construit en matériaux recyclés, cet espace abrite des marques 100% togolaises et une offre de produits mode up-cyclés.


2/ Pour en savoir plus sur les types de déchets et sur ce qui peut se recycler – le site d’un ingénieur togolais, dont la société Africa Global Recycling, est reconnue : http://www.africaglobal-recycling.com


3/ Quelques boutiques spécialisées : de belles créations qui sont toutes sources de revenus pour leurs designers.

https://www.rose-bunker.fr

https://www.naturellement-deco.com/objets-deco-en-materiaux-recycles.htm


4/ Un projet formidable au Kenya, qui transforme les milliers de tongs retrouvées dans les rues et sur les plages en œuvres d’art.

http://oceansole.co.ke


5/ Un label français ultra intéressant, qui recycle les vêtements avec style. Sur le lien suivant, vous aurez tout le process –de quoi vous inspirer.

https://www.lesrecuperables.com/process/


POUR PLUS D’INFORMATIONS:

Un site pour tout savoir sur le recyclage – catégories de déchets, process, zones géographiques, moyens à mettre en œuvre… : https://www.paprec.com



CREDITS PHOTOS : 4Ocean, Design Recyclers, Contemporist, Maroc.com, Happy in Africa, Bunker.fr, Design Feria, Gafreh, Pinterest, Dakar Echo, Maison.com, Esprit Design, Intérieur brut, Naturellement déco,

PLATEFORME D’ECHANGES ET DE PROMOTION DES ARTS, CULTURES ET ECONOMIES DES PAYS AFRICAINS

La Maison de l'Afrique © Produit by Cimer Agency! |  Contact | Partenaires  |  Mentions Légales |  Protection des données

  • Blanc LinkedIn Icône
  • White Facebook Icon
  • Blanc Icône Instagram
  • White Twitter Icon
  • Blanc Icône YouTube